Le peintre

Né en 1958, Guy de Malherbe vit et travaille entre Paris et la Sarthe. Son œuvre fait partie des collections nationales en France (CNAP, Ministères des Affaires Étrangères), où de nombreux musées lui ont consacré des expositions personnelles, entre autres le Musée du Mans, le Musée d’Évreux, le Musée de Trouville, l’Abbaye de l’Épau et la Châtreuse de Villeneuve-lès-Avignon. De nombreux historiens de l’art ont écrit sur son travail tel Olivier Kaeppelin, Pierre Wat, Alain Bonfand, Claude Frontisi, Olivier Delavallade ou les écrivains Franck Maubert, Patrick Cloux et le poète Luis Mizón. Ils s’intéressent souvent à la filiation surréaliste de son œuvre, influencée très tôt par les paysages de Cadaqués et les univers de Dalí ou de Buñuel. Profondément ancrée dans la matière et dans le plaisir de peindre, l’œuvre de Malherbe se révèle également sous la plume de ces auteurs, une peinture intellectuelle très dense, remplie de références à l’histoire de l’art et nourrie de subconscient. Peindre pour lui, c’est s’établir en tant que corps face au monde, se réaliser par l’éprouvé, par l’action de son propre corps qui construit à la fois la réalité d’une peinture et sa dimension de fiction. Au fil des années, sa peinture a évoluée vers un art de plus en plus expressif et libre, où la matière et le geste prennent une place de premier plan, autour du motif récurrent des rochers, des corps – endormis ou morcelés – et des falaises.
VOIR LES OEUVRES

Eléments du rivage

Huile sur toile, H 160 x L 130 cm, 2023

Exposition à venir

« Rivages, fragments, figures »

Du 5 juillet 2024 au 22 septembre 2024
Manège de Rochambeau, Vendôme

La ville de Vendôme accueillera une importante exposition monographique des œuvres du peintre Guy de Malherbe pendant l’été 2024 au Grand Manège Rochambeau du 5 juillet au 24 septembre. Ce vaste bâtiment, classé monument historique, permettra de déployer un ensemble exceptionnel de plus d’une centaine de toiles de l’artiste, dans lesquelles il aborde les thèmes qui l’occupent principalement depuis quelques années. Sur des formats impressionnants par leur taille, les rivages sont l’inspiration récurrente à partir desquels Guy de Malherbe donne la mesure d’une peinture généreuse par le geste et la couleur. Si les rochers, qu’ils soient falaises ou fragments, éboulis ou coquillages, ont une place importante dans son œuvre ces dernières années, Guy de Malherbe a aussi développé un important ensemble d’œuvres rassemblées sous le nom de « Reliefs ». Un mot qui évoque encore les rochers et les paysages, autant qu’il désigne les reliefs de repas : des huîtres, des côtelettes d’agneau et des assiettes d’artichauts. Le spectateur pourra se plonger dans l’univers de Guy de Malherbe et se promener parmi plusieurs séries de peintures, d’abord parmi les endormies, ces corps allongés sur le sable parmi des débris de pierre, puis parmi les chaos et les brèches, sortes de cavernes, qui ont précédés la grande série des falaises, inspirée par les côtes de Normandie. Dans ces chaos de matière, la pierre et l’eau semblent s’animer dans les jeux d’ombres et de lumières, et l’œil croit reconnaître corps, formes et silhouettes. A travers la peinture - son mouvement, sa couleur, sa matière -, l’articulation entre le minéral et l’organique et l’interprétation onirique des formes apparaissent comme une des principales préoccupations de l’artiste. C’est ce qui se déploie, notamment dans plusieurs impressionnantes grandes toiles où Guy de Malherbe nous place face à la mer et au ciel, ou plutôt devrait-on dire, face à la peinture.


Voir toutes les expositions

Expressif, libre

Après une dizaine d’années de peinture plus intimiste, principalement sur des bois de récupération, la peinture de Guy de Malherbe a évolué vers un art de plus en plus expressif et libre, où la matière et le geste prennent une place de premier plan, autour du motif récurrent des rochers, des corps -endormis ou morcelés-, des falaises et plus récemment des reliefs de repas. Sa peinture se déploie comme un langage autonome.
VOIR LA BIOGRAPHIE COMPLÈTE DE L’ARTISTE